Quelques pas dans le Disque-Monde

«  Bien souvent, l’univers est comparé à un océan. Et, comme pour tout océan, des êtres le peuplent, la grande A’tuin poursuit son voyage en emportant avec elle le disque-monde, terre plate où les océans se versent indéfiniment dans le vide cosmique. Sur son dos s’élève Bérilia, Tubul, Ti-Phon l’Immense et Jérakine, quatre éléphants géants portant sur leurs épaules le Disque-Monde.

Au centre du disque, au Moyeu, s’élève le Cori Celesti, immense montagne, haute de quinze kilomètres, où, au sommet, repose Dunmanifestine, le royaume des dieux. Près de la mer circulaire se dresse Ankh-Morpork, la plus grande et la plus ancienne cité du disque, fusion de la noble Ankh et de la perfide Morpork. De l’autre côté de la mer s’étend le Klatch, immense continent principalement composé de turbans, de tapis volants et de sable.

Dans ce désert, deux hommes marchent dans la nuit glaciale en se remémorant l’étrange rencontre dont ils étaient les principaux acteurs. Pour briser le silence de la nuit, l’un des deux dit : « Drôle de nuit pour une balade, non ?

—Il n’y a pas de bonne nuit pour une balade. Nous sommes des pillards, nous ne nous baladons pas, répondit le second.

—Alors pourquoi on se retrouve à marcher dans ce désert, sans but ? Pourquoi on a pas dépouillé l’autre type ?

—Il avait l’air bizarre.

—A part son chapeau trop grand pour lui et son costume de riche morporkien*, je ne vois pas pourquoi on ne l’a pas dépouillé.

—Tu te souviens de ce qu’il a dit lorsque nous lui avons demandé de nous donner tout ce qu’il possède.

—Mais ce sont des idioties, ce qu’il nous a dit – que tout ce qu’il pouvait nous donner, il l’a déjà fait par notre présence ici.

—Et ça t’as pas choqué qu’il nous dise ça en klatchien ?

—Il a pu apprendre à le parler ; si quelqu’un comme toi y est arrivé, c’est que ça ne doit pas être si dur que cela.

—Et puis le fait que quelqu’un l’attend à Ankh-Morpork pour le thé, c’est n’importe quoi?

—Allez, arrête d’y penser, c’était pas ton jour, ou t’as voulu faire une bonne action – c’est pas grave ça nous arrive à tous. »

Alors que nos deux pillards continuèrent leur route, quelque part dans le désert, non loin du lieu de rencontre entre les deux pillards et le mystérieux étranger, une porte donnant sur une chambre anglaise disparut emportant avec elle une vie passée.  »

*Ankh-Morpork ressemble au Londres de la révolution industrielle ; avec le temps, elle a lentement dérivé pour prendre l’apparence de New-York. C’est à ce demander si l’évolution a apporté une amélioration.

Cette historiette est inspirée des dernières lignes que Terry Pratchett publia sur Twitter pour annoncer sa mort.

Le jeudi 12 mars 2015, le monde apprend la mort de Sir Terry Pratchett, qui meurt chez lui entouré de ses proches des suites de son Alzheimer à l’âge de 66 ans. Romancier anglais, il est relativement peu connu outre-Atlantique. Auteur de plus de 70 ouvrages, sa série la plus connue est « Les annales du Disque-Monde » qui ne compte pas moins de 35 volumes.

Depuis le début de cet article je vous parle d’un lieu appelé le Disque-Monde, mais peut être ignorez-vous de quoi il s’agit. Le premier paragraphe le décrit assez bien. Pour la création de son monde Sir Pratchett a sûrement été inspiré par la mythologie indienne ; dans laquelle l’on trouve une tortue dont le dos est surplombé par quatre éléphants. Ces derniers tiennent sur leurs épaules le monde des hommes, sous leurs corps, celui des démons, et sur un pilier, s’élevant par-delà les cieux, le monde des dieux. La tortue avance sur le ventre d’un ouroboros, ce dernier représentant le parcours du soleil dans le ciel. Son monde est volontairement déstabilisant en possédant néanmoins une certaine logique et une certaine rigueur. Pour l’anecdote, lors de la création de la carte du disque-monde, Stephen Briggs pensait qu’il suffisait de « Plaquer quelques autres continents. Découper quelque fjords. Saupoudrer de quelques villes, steppes, et forêts. Jeter sur le papier les caractéristiques traditionnelles de ‘la bonne vieille rivière qui se tortille entre les montagnes pointues [….]’

Je montrai la première ébauche à Terry.[….] J’eus le droit à un bref cours sur les chaînes de montagnes et les vents dominants porteurs de pluie » (Disque-Monde la carte, page 8). Via cette citation nous pouvons voir que, bien que le disque-monde soit un univers fictif, Terry Pratchett n’en est pas moins resté logique et a cherché à reproduire une cohérence réaliste dans son récit.

Terry Pratchett nous offre aussi via cette série une critique de la société et des principes que cette dernière nous inculque. Par exemple :

« La Mort : JE N’AI PAS UN SOU D’IMAGINATION. CE SONT LES HOMMES QUI VIVENT DANS LE BONIMENT. (Ici, la voix de la Mort résonne dans votre tête, sans bruit extérieur).

Suzanne —D’accord. Je ne suis pas demeurée. Tu dis que les hommes ont besoin … d’imaginaire pour rendre la vie supportable.

—AH BON ? COMME UN GENRE DE PILLULE ROSE ? NON. LES HOMMES ONT BESOIN D’IMAGINAIRE POUR ÊTRE HUMAINS. A LA CONJONCTION DE L’ANGE DECHU ET DU SINGE DEBOUT.

—Le père Porcher ? La fée des dents ? Les petites….

—OUI. UNE MISE EN TRAIN. IL FAUT COMMENCER PAR APPRENDRE A CROIRE AUX PETITS MENSONGES.

—Et alors on peut croire aux gros ?

—OUI. LA JUSTICE. LA PITIE. LE DEVOIR. CES CHOSES-LA.

—ça n’a rien à voir!

—TU CROIS ? ALORS PRENDS L’UNIVERS, REDUIS-LE EN POUDRE TRES FINE, PASSE CETTE POUDRE AU TAMIS LE PLUS SERRE ET ENSUITE MONTRE MOI UN SEUL ATOME DE JUSTICE, UNE SEUL MOLECULE DE PITIE. ET POURTANT… » (Les annales du Disque-Monde : Père Porcher.)

Bon nombre de ses personnages nous mènent à réfléchir sur la société à travers différents genres littéraires.

Par exemple, Rincevent, un mage ne pouvant pas utiliser la magie, proposera un genre aventurier, Vimaire dévoilera la ville d’Ankh-Morpork dans des récits inspirés du genre policier, la Mort explorera la psyché humaine dans un style plus sombre, Cohen nous apportera des aventures héroïques dignes des légendes et des épopées, bien que ce dernier ait 80 ans…

Mon but dans cet article est de rendre hommage à Terry Pratchett, et j’estime que la meilleure manière d’y parvenir est de vous donner l’envie de découvrir son œuvre , alors suivez-moi. Contemplons le fleuve Ankh où il est plus facile d’enterrer quelqu’un que de l’y noyer ! Courons sous la pluie, la neige et les ombres de la nuit pour porter les messages ! Visitons le bureau oblong d’où le Patricien , le seigneur Vétérini, règle l’horlogerie qu’est Ankh-Morpork ! Traversons cette ville où, quitte à ce qu’il y ait du crime, autant qu’il soit organisé ! Escaladons avec Cohen le Cori-Celesti pour rendre visite aux dieux ! Parcourons le Peri-Filet pour admirer l’Arc-en-Bord ! Venez dans ce monde où chaque mot vous lit et où chaque page entraîne la suivante.

Entrez donc dans le Disque-Monde.

Daniel Taurien pour Daffy

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s