Fermat veut vous tuer – Episode 5

*EXCLUSIF*

[Vous pouvez lire le premier épisode ici !]

Fermat veut vous tuer : Igor Plateauman, Endiguement du communisme et Fermatation.

Episode 5

L’éveil des soupçons

Jeanus-Pascalus et ses troupes taupines* ayant mis au point un menu convenant en tous points aux directives du proviseur, et le livrant en quantités suffisantes tous les midis depuis plusieurs semaines, les élèves se désolaient de plus en plus de la mauvaise qualité de la nourriture qui leur étaient servie quotidiennement. En effet, cette nourriture, efficacement fermatée, prenait des formes aussi originales qu’insipides : frites molles, galettes de fromage élastique et steaks bouillis s’entassaient dans les assiettes, provoquant même les « Ça se mange, ça !? » d’une étudiante** autrement docile. Les élèves, qui ne supportaient plus ces aliments abjects, s’affaiblissaient et dépérissaient lentement mais sûrement. Se doutant que quelque chose se tramait après que leurs demandes, rédigées en trois parties et trois sous-parties par partie, en cinq exemplaires parafés et signés, n’aient obtenu aucune réponse, et que le prix de la cantine ait augmenté sans que les plats ne changent, ils firent passer le mot sous forme de message codé : le mardi soir, le Camarade Bretelle et le Chevalier Blanc, élèves émérites de Chartes et de MP, montaient sur leur table et chantaient respectivement un air d’opéra en latin et « Les Cathédrales »***, entrecoupés de messages subliminaux et de triangles Illuminati. Bientôt, tout le lycée avait adopté, pour assurer sa survie, un repas alternatif, qui consistait à avaler un panini (oui, je sais, on doit dire panino au singulier) très artisanal, composé de pain empli de babybell et passé au micro-ondes****.

Les soupçons des élèves se renforcèrent quand certains d’entre eux observèrent que deux employés de cantine se comportaient bizarrement, et selon des chorégraphies répétées avec une précision jamais vue auparavant : un dénommé Igor Plateauman et un certain André Poubelleman. Par ailleurs, la voix de Jeanus-Pascalus s’était comme affermie, c’était étrange… Et puis, les internes racontaient qu’ils voyaient de plus en plus un homme qui ressemblait comme deux gouttes d’eau au proviseur, arborant une magnifique robe de chambre léopard, rôder, le soir, dans la cour des prépas, et au pied du mur d’escalade. Par ailleurs, alors que la plupart des filières connaissaient une certaine part d’échec au concours, on remarquera cette année-là une réussite totale dans les classes scientifiques… Bizarre, n’est-ce pas, louche, même : c’était comme si l’administration avait mis en place une machination pour faire disparaître, l’air de rien, tous les taupins aux compétences bancales. Les journaux du lycée s’empressaient de faire remarquer ceci, et ils étaient aussitôt arrachés de la machine à café de gauche (jamais personne ne publiait sur celle de droite, qui, par ailleurs, était toujours en panne). Le proviseur savait bien que ses actions étaient suspectes ; il devait déclencher se plan de dernier recours, son plan PLSAC (position latérale de sécurité anti-communiste), et vite !

 


*Voir l’épisode 3

**Merci Clémentine pour ce moment extraordinairement drôle !

***Ces traditions sont véritables. Le Camarade Bretelle chantait des airs d’opéra tous les mardi soirs lorsque j’étais en première année (il était khûbe). Un nouveau Chevalier Blanc est désigné tous les ans ou tous les deux ans et chante le midi.

****Je n’ai jamais compris comment mes camarades Chartistes pouvaient manger cela, mais ils le faisaient vraiment.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s